Stratégie d’expérimentation au microscope optique — ScienceDaily


Une équipe de recherche dirigée par le professeur Seo Dae-ha du département de physique et de chimie de la DGIST (président Kuk Yang) a mis au point une microscopie optique capable de contrôler et d’observer le transfert et le transfert d’électrons dans des réactions chimiques complexes se produisant dans des nanocatalyseurs. Cette technologie devrait fournir une stratégie d’expérimentation basée sur la chimie des systèmes, une nouvelle stratégie d’expérimentation pour étudier avec précision les photocatalyseurs au niveau d’une seule particule.

Les métaux plasmoniques au niveau du nanomètre, tels que l’or, présentent un taux d’absorption de la lumière élevé dans une large plage de la lumière visible. Ils sont combinés avec des photocatalyseurs semi-conducteurs pour agir comme un moyen d’augmenter l’absorption de la lumière. L’excitation se produit dans laquelle les électrons gagnent de l’énergie et se déplacent en réaction à l’absorption de la lumière, et elle apparaît par différents chemins en fonction de la taille du métal et de la longueur d’onde de la lumière. Il existe diverses hypothèses sur l’effet de ce mouvement d’électrons en tant que catalyseur. L’équipe de recherche a pu tester les hypothèses et révéler comment les électrons sont transférés en développant un nouveau microscope qui est expérimentalement plus simple et plus sophistiqué que la méthode conventionnelle d’observation des réactions chimiques.

L’équipe de recherche du professeur Seo Dae-ha a développé des nanoparticules hybrides (par exemple, des « oxydes d’or/cuivre », une combinaison d’oxydes d’or et de cuivre) et des lasers de différentes longueurs d’onde (couleurs) (c’est-à-dire que les lasers A, B et C sont A +B, A+C … A+B+C) ont été combinés dans une nouvelle forme, respectivement, pour étudier la réaction entre eux afin de tester diverses hypothèses sur le phénomène d’excitation des électrons à travers des expériences et de les vérifier une par une. Grâce à ce procédé, l’équipe a pu induire sélectivement une excitation électronique dans des nanoparticules d’or, et analyser quantitativement leurs contributions en évaluant l’augmentation de la réactivité du catalyseur. De plus, l’équipe a confirmé que ces électrons excités étaient transférés au semi-conducteur pour augmenter la stabilité et la réactivité en même temps.

« La technologie d’observation rapportée ici est une technologie qui observe les réactions chimiques avec une grande précision, une efficacité et un faible coût », a déclaré le professeur Seo Dae-ha du Département de physique et de chimie de la DGIST, tout en ajoutant : « On s’attend à ce qu’elle contribuer à la conception sophistiquée de catalyseurs et sera appliquée en tant que technologie sophistiquée d’évaluation et de contrôle utilisant des nanoparticules pour les produits pharmaceutiques. »

Pendant ce temps, cette recherche a été menée avec le soutien du projet de soutien aux chercheurs de premier plan de la National Research Foundation, du centre de recherche de premier plan, du projet de développement de technologies biomédicales et du projet d’innovation de recherche Grand Challenge de DGIST.

Source de l’histoire :

Matériaux fourni par DGIST (Institut des sciences et technologies de Daegu Gyeongbuk). Remarque : Le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.